Les illusions d’une autonomie sans négociation

François de Singly, chargé de mission Savoir et culture

L’autonomie c’est au sens strict la création d’un monde réglé à soi, construit par soi.
La loi LRU – loi sur les libertés et les responsabilités universitaires- est censée garantir l’autonomie, c’est-à-dire donner certains pouvoirs aux universités pour décider de leur monde. Mais c’est là que le paradoxe commence : les formes et les règles de l’autonomie n’ont pas été négociées avec les individus concernés, avec leurs représentants.
L’Etat continue à se conduire comme un parent « traditionnel » qui concède à ses grands enfants des morceaux d’autonomie dont les contours et le contenu sont sous fort contrôle parental. Bref c’est une fausse autonomie, car la vraie ne se décrète pas, elle se négocie. On ne doit pas attendre que se déclenchent des mouvements de grève pour négocier, pour apprendre à vivre ensemble selon des règles communes, décidées en commun.
Curieusement, la famille moderne est, sans doute, l’institution qui fonctionne le mieux selon les principes de l’autonomie négociée. Les parents, eux, n’attendent pas que leurs enfants menacent de faire une « crise » (équivalent de la grève) pour les écouter, pour négocier le contenu de certains droits.
Pourquoi est-ce difficile pour les politiques d’adopter certaines règles du « Bottom-up » (de bas en haut, et non l’inverse) ? Pourquoi les politiques accusent les groupes, les individus d’être conservateurs alors qu’eux aussi adoptent des méthodes conservatrices ?

On rêve d’une Université où non seulement les individus et les groupes ne souhaiteraient plus être dirigés par le haut, nostalgiques d’une régulation étatique autoritaire, mais aussi où les dirigeants de l’Etat joueraient un nouveau rôle : aider chaque Université à se développer selon ses propres plans, non pas à entrer dans la concurrence (celle-ci peut être un objectif mais il y en a d’autres).
Là encore s’inspirer de la fonction parentale serait fructueux : un « bon parent » souhaite que son enfant se réalise, et pas qu’il réussisse à tout prix (surtout si ce n’est pas son ambition).


12, rue de l'école de médecine Paris 6ème | contact | n°ISSN |