Publications de nos enseignants et chercheurs

Retrouvez les publications récentes des enseignants et chercheurs de l’Université

A la une ce mois-ci :

ConsommationLa consommation

La consommation c’est bien sûr l’achat mais c’est aussi un ensemble d’usages, des interactions sociales autour de cet acte d’achat. Elle dépend également des usages des groupes sociaux, des contraintes de la vie collective, de la construction sociale du marché, des effets de la mondialisation... Cet ouvrage de Dominique Desjeux, professeur à la Faculté des sciences humaines et sociales, propose une synthèse pour appréhender la vie de la consommation.
PUF, Que sais-je ?, 128 pages

EnquêteL’enquête et ses méthodes : l’analyse de données quantitatives

Ce livre d’olivier Martin, professeur à la faculté des sciences humaines et sociales, répond avec clarté et rigueur aux questions majeures que se pose tout concepteur d’enquête par questionnaire (comment concevoir un échantillon ? qu’est-ce qu’un sondage représentatif, un chiffre « significatif » ou une « bonne estimation » ?) et toute personne souhaitant analyser des données quantitatives (comment recoder des variables et concevoir des indicateurs permettant d’étudier des grandeurs inobservables directement ? comment étudier leurs relations ? comment simplifier les analyses ?). Sans recours inutile au formalisme mathématique, il expose les principes des raisonnements statistiques et des arguments probabilistes. Des exemples issus d’enquêtes récentes ou classiques illustrent chaque présentation de méthodes ou de concepts. Tous les éléments sont fournis pour comprendre, analyser et produire des données, que ce soit en sociologie ou dans les domaines des études, du marketing, des sondages d’opinion ou des enquêtes de comportement. Cet ouvrage répond aux besoins bien identifiés des étudiants, enseignants et intervenants en sciences sociales.
Armand Colin, Collection 128, 128 pages


CacouaultProfesseurs... mais femmes. Carrières et vies privées des enseignantes du secondaire au XXe siècle.

C’est au XXe siècle que se féminise le métier de professeur, en même temps que l’enseignement dans son ensemble. Que furent ces carrières de femmes professeurs ? Comment ont-elles conjugué leurs aspirations professionnelles et leur vie privée, maritale, familiale et affective ? Comment ont-elle vécu cette dynamique de promotion sociale alors que – paradoxalement – on parle d’une « dévalorisation du professorat » après la guerre ?
La vaste enquête de sociologie historique que présente Marlaine Cacouault-Bitaud, maître de conférences à la Faculté des sciences humaines et sociales, en s’appuyant sur des données statistiques originales et sur des entretiens biographiques réalisés avec des enseignantes du secondaire recrutées entre 1920 et 1940, et entre 1960 et 1985, éclaire les mutations d’une profession rarement analysée sous l’angle du genre. Celui-ci révèle notamment le « plafond de verre » auquel se heurtent nombre de femmes qui exercent une profession intellectuelle et l’articulation problématique entre les demandes qui leur sont adressées dans la sphère domestique et l’exercice d’un métier exigeant.
Cette histoire éclaire notre présent : aujourd’hui encore, à réussite scolaire égale, les femmes continuent de choisir plus souvent l’enseignement secondaire que le supérieur ou la recherche. Les questions soulevées ici concernent donc tout aussi bien les hommes, dont la vie professionnelle ne repose pas moins, mais différemment, sur des choix de vie personnelle.
La Découverte, Collection Textes à l’appui, 320 pages

Travaux de linguistique fonctionnelle

Ce volume, dirigé par Christos Clairis, professeur à la Faculté de sciences humaines et sociales, présente un ensemble de réflexions sur les aspects fondamentaux de la recherche linguistique : les classes et les fonctions syntaxiques, la dynamique linguistique, le changement linguistique, les procédures de mise en valeur, l’élaboration de grammaires modernes. Deux débats sont menés autour des ouvrages la "Grammaire fonctionnelle du français" et la "Grammaire du néo-hellénique", et un dossier sur les grammairiens alexandrins vise à montrer le besoin d’apprendre ce qui est déjà connu. Dans l’ensemble de l’ouvrage se manifeste le souci d’apporter des précisions théoriques et méthodologiques qui rendent encore plus opératoires les outils de travail d’une linguistique descriptive générale moderne.
L’Harmattan, 347 pages

Publication électronique

Le Corpus électronique des médecins de l’Antiquité

Distingué par l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres (Institut de France) par le Prix Plottel à l’UMR 8167 "Médecine grecque" (CNRS-Paris IV Sorbonnne) et à la BIUM.
Ce prix, financé par un mécène américain et doté de 10 000 €, récompense le "Corpus électronique des médecins de l’Antiquité" (les éditions les plus belles et les plus intéressantes de la médecine gréco-romaine, de la Renaissance au XIXe siècle soit 180 volumes et 105 000 pages en ligne), que la BIUM développe depuis quelques années au sein de sa bibliothèque numérique Medic@ (http://www.bium.univ-paris5.fr/histmed/medica.htm).


12, rue de l'école de médecine Paris 6ème | contact | n°ISSN |