Contrat quadriennal

L’Université Paris Descartes appartient à la vague D et entame sa réflexion sur son prochain contrat (années 2010-2013).

Pour la première fois, à la demande de l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AERES), seront fournies à la même date :
- la stratégie globale de l’établissement
- l’offre de formation
- la politique de recherche (adossée aux dossiers des unités de recherche).

Les méthodes de l’AERES

S’appuyant sur les Standards and Guidelines for Quality Assurance in the European Higher Education Area, l’AERES est particulièrement attentive à la mise en place, au sein des universités, de l’auto-évaluation ainsi qu’à la mise en œuvre d’une démarche qualité.
L’évaluation portera sur :
- le dossier unique des unités de recherche,
- les grilles d’auto-évaluation et les dossiers d’habilitation pour l’offre de formation,
- le bilan d’activité et le projet stratégique global de l’établissement.
L’analyse de ces documents sera complétée par une visite sur site d’experts de l’AERES.

Une méthodologie bien rôdée avec la vague C

L’AERES vient d’achever l’évaluation des unités de recherche de la vague C. Pour la 1ère fois, ont été évaluées de la même façon toutes les unités de recherche, mixtes ou propres à une université ou un organisme.
670 unités de recherche ont été évaluées dans tous les domaines par 440 comités de visite composés en moyenne de 7 experts chacun.
3 200 experts dont 20 % d’étrangers se sont impliqués dans ce processus.
Pour chaque unité, le comité a élaboré un rapport et l’AERES a attribué collégialement par sous ensemble (sciences humaines et sociales ; sciences dures ; sciences du vivant) une note allant de A+ à C.
L’AERES publiera sur son site web l’ensemble des rapports (www.aeres-evaluation.fr).

Les points sur lesquels va porter l’évaluation de la vague D

L’AERES a proposé 9 items à ses experts.

1 – La stratégie en matière de recherche
Seront évaluées l’organisation interne et externe de la recherche, la production scientifique et sa visibilité, les ressources humaines, financières et matérielles qui y sont affectées.

2 – La stratégie en matière de valorisation
L’université a-t-elle mis en place une structure de valorisation, des indicateurs et des pépinières d’entreprises ?

3 – La stratégie en matière de formation
L’offre doit se positionner dans une logique de PRES, en relation avec les principaux axes de recherche. Elle doit intégrer la formation continue et s’appuyer sur les milieux économiques de la région.
Cette offre doit être lisible par les étudiants et les milieux socio-économiques.
L’étudiant doit être accompagné tout au long de ses études de l’entrée à l’université à l’insertion professionnelle.
L’Université doit fournir à l’étudiant un environnement numérique de travail (dossier de l’étudiant, ressources pédagogiques) et des ressources documentaires adaptés à ses besoins. Les accès au réseau doivent être facilités. Une démarche qualité doit être mise en place pour évaluer les enseignements, analyser les raisons des abandons et des échecs, enquêter sur l’insertion professionnelle.

4 – La stratégie en matière de vie étudiante
L’étudiant doit être acteur de la vie de l’établissement : participation active des élus étudiants dans les instances et soutien à la vie associative. Il doit être aidé dans ses démarches : guichet unique, accueil des handicapés, des sportifs de haut niveau. Le sport et la culture doivent être encouragés.

5 – La stratégie en matière de relations extérieures
Seront analysées les relations inter-établissements, avec les EPST, avec les collectivités territoriales et les milieux sociaux économiques.
L’Université participe-t-elle à un PRES ? A-t-elle mutualisé des activités de recherche, des formations, des actions de relations internationales, des activités de vie étudiante ?

6 – La stratégie en matière de relations internationales
Y-a-t-il une stratégie dans les échanges internationaux ? Quels moyens sont mis pour favoriser la mobilité entrante et sortante ? Délivre-t-on des diplômes conjoints, des doubles diplômes ? Y-a-t-il des cotutelles de thèse ?

7 – La gouvernance
Quels sont les organes de direction et de pilotage ? Quelle stratégie l’établissement développe-t-il pour optimiser ses systèmes d’information et de communication ? Comment la politique de gestion des ressources humaines et des ressources financières est-elle organisée au profit des objectifs de l’établissement ? L’Université maîtrise-t-elle son patrimoine immobilier ? Est-elle capable de s’auto-évaluer ? A-t-elle mis en place un service d’hygiène et de sécurité, réfléchit-elle sur l’éthique et la déontologie ?

8 – Les relations avec les CHU
Quelles relations l’université a-t-elle tissé avec les structures hospitalières ? La stratégie en matière de recherche biomédicale et de recherche clinique est-elle pertinente par rapport à la situation locale ? Les moyens sont-ils mutualisés ?

9 – Affirmation de l’identité par une politique de communication
L’Université a-t-elle créé une image stable et unique ? A-t-elle développé une communication externe en direction des acteurs socio-économiques, suscité un sentiment d’appartenance chez ses anciens diplômés, chez les étudiants en cours d’étude et les personnels ?

A toutes ces questions, Paris Descartes doit s’attacher à répondre et faire des propositions qui, si elles sont prises en compte, seront financées par nos autorités de tutelle et engageront notre responsabilité pour les années 2010-2013.

Un calendrier très serré a été élaboré par l’Université


Calendrier contrat 2010-13

12, rue de l'école de médecine Paris 6ème | contact | n°ISSN |