Le réseau Rotterdam en droit

par Anne-Marie Mallet, chargée de mission Relations internationales

Le réseau Rotterdam en droit (Rotterdam law network) s’est réuni dans nos murs les 10 et 11 avril. Ce réseau est ancien ; il s’est constitué dans les premières années du programme Erasmus (19987-1990) lorsque l’Europe, pour institutionnaliser et promouvoir les échanges universitaires d’étudiants avait imaginé de les organiser dans des Programmes interuniversitaires de coopération, les « PICS » (ICP) dont les pionniers d’Erasmus se souviennent encore.

Réseau Rotterdam

Des PICs aux réseaux thématiques
Le PIC était un cadre étroit constitué de collègues européens se connaissant bien, s’appréciant sur le plan scientifique, et disposés à se faire confiance au point d’échanger des étudiants sérieux et d’accepter de valider tout ou partie des programmes suivis chez le partenaire. Quelques deniers soutenaient la mobilité étudiante et, afin de pérenniser les relations quelques autres deniers étaient destinés à soutenir des réunions annuelles de coordination et de perspectives. Le tout sous le contrôle et la responsabilité d’un coordonnateur, seul interlocuteur des instances européennes, seul gestionnaire aussi des deniers alloués. Parallèlement au programme de mobilité, la Commission offrait aussi de soutenir la constitution de « réseaux thématiques » (Thematics network) dont l’objectif premier était de travailler à l’harmonisation des systèmes de formation dans un secteur disciplinaire donné.
Les réseaux thématiques existent toujours alors que les PICs ont disparu avec l’avènement du programme Socrates. Avec eux ont aussi disparu les financements alloués à leur fonctionnement. Cette évolution (début des années 2000) a correspondu à un assouplissement des formalités de fonctionnement du programme et à un élargissement des modalités de coopération. Les cooperation agreements formatés par la Commission, remplacèrent les conventions plus lourdes d’encadrement des PICs. Ces accords s’enrichissaient désormais de la mobilité des enseignants et de la possibilité de développer avec les partenaires et selon certaines exigences des « intensive programmes »(IP) sorte d’universités d’été étalées sur au moins 3 semaines, et des « modules européens de formation », cours organisés en collaboration entre plusieurs universités européennes et intégrés aux programmes de chacun des partenaires.
Malgré cette suppression officielle, certains PICs ont choisi de maintenir leur fonctionnement avec réunion annuelle notamment. Ils se sont rebaptisés « Réseau » sans pour autant que leurs objectifs rejoignent ceux des thematics network . Il en est ainsi du fameux « réseau de Coimbra » ou du réseau St Exupéry coordonné par Poitiers. Leur noyau initial s’est peu à peu ouvert à de nouveaux partenaires, qui, une fois intégrés, partagent s’ils le souhaitent la totalité des partenariats du réseau. Le « RLN » appartient à cette catégorie.

Le réseau Rotterdam et l’Université
La faculté de droit de Paris Descartes est entrée dans le RLN en 2002. Elle accédait ainsi à de nouveaux partenariats notamment nordiques et anglo-saxons. Depuis elle participe aux réunions annuelles, occasion de faire le point sur les services offerts par chacun, les bonnes pratiques, les difficultés rencontrées, l’ouverture à de nouveaux candidats. L’intérêt de ces réunions est certain : meilleure connaissance des partenaires, développement potentiel de la mobilité… La réunion du mois d’avril avait cet objectif principal. Pour lui donner plus de lustre, la faculté avait associé des personnalités : M. Renato Girelli membre de l’unité Enseignement supérieur /Erasmus de la Commission européenne, ainsi qu’une représentante de l’Agence Education - Enseignement - Formation - France.
L’un et l’autre se sont réjouis de ces échanges institutionnels en invitant les partenaires du réseau à aller plus loin. En effet, à l’heure de la construction de l’espace européen de l’enseignement supérieur, du développement des diplômes doubles et conjoints, des masters Eramus Mundus, des universités européennes d’été… on regrette que le réseau n’ait pas su se transformer en un « réseau thématique », ou n’ait pas encore été utilisé comme appui à l’un de ces programmes si enrichissants à la fois pour les enseignants qui les imaginent et pour les étudiants qui s’y inscrivent. Souhaitons que les conseils prodigués à cet égard soient rapidement suivis.


La faculté de droit de Paris Descartes est entrée dans le RLN en 2002. Elle accédait ainsi à de nouveaux partenariats notamment nordiques et anglo-saxons.
12, rue de l'école de médecine Paris 6ème | contact | n°ISSN |