Françoise Quéraud, Responsable de la formation des personnels de l’Université Paris Descartes

propos recueillis par Pierre-Yves Clausse

Pouvez-vous nous présenter votre parcours professionnel ?

J’ai commencé ma carrière à l’INSERM comme technicienne dans un laboratoire de recherche à la Salpêtrière avant d’évoluer vers un poste d’ingénieur d’études au bout de dix années d’exercice. J’étais spécialisée dans la neuro-anatomie et les techniques d’immunohistologie.

Il y a dix ans, j’ai dû quitter cette unité pour des raisons de santé. Je me suis alors reconvertie dans la « formation des personnels » en suivant les cours du CNAM de « Responsable de formation des adultes ». J’ai exercé cette fonction au sein de la délégation Inserm de Sainte-Anne pendant 7 ans jusqu’à fin août 2011 avant d’intégrer l’Université Paris Descartes.

Quelles ont été vos motivations à rejoindre notre université ?

Intégrer une université telle que Paris Descartes constitue pour moi une vraie opportunité sur plusieurs aspects. Cela me permet d’étendre mon champ d’action car les publics concernés par la formation à l’université sont trois fois plus nombreux que dans mon ancienne structure. De plus, une grande part de ces publics appartient à des champs disciplinaires que je ne connaissais pas auparavant.

Le développement et la mise en place de la formation continue des personnels est un enjeu important pour l’université et revêt un des aspects essentiels des ressources humaines. au sein de l’université. En ce sens, je travaille en étroite collaboration avec Monsieur Pierre-Paul Bruschini. En lien avec certains services de l’université, nous élaborerons une offre de formation notamment à destination des enseignants-chercheurs.

Quels sont vos objectifs ?

Tout d’abord, il est important d’accompagner chaque membre de l’université, quel que soit son grade et son statut, qu’il soit fonctionnaire ou contractuel, dans un parcours de formation adapté qui doit lui permettre de valoriser ses compétences, d’en acquérir de nouvelles au service de l’université pour atteindre ses objectifs et pour lui-même.

Pour ce faire le service est réorganisé (la formation a été séparée de l’organisation des concours) afin de répondre au mieux aux besoins de l’université donc de ses personnels. Il nous faut communiquer sur le « droit à la formation ». Parfois, les agents et les enseignants ignorent qu’ils ont un « droit » cadré par une réglementation. Dans ce sens, il faut rendre notre action et notre offre plus lisible.

Enfin, au niveau des enseignants-chercheurs, il est important qu’ils aient connaissance de l’existence de ce service, de ce que nous pouvons leur apporter. Notamment, Je pense à la mise en place d’accompagnement des enseignants-chercheurs afin de leur apporter notre aide dans l’acquisition de nouveaux outils de communication, les TICE. A cet effet, nous travaillerons étroitement avec la DISI.


12, rue de l'école de médecine Paris 6ème | contact | n°ISSN |