Campagne de recrutement des Enseignants-Chercheurs 2011

par Arnaud Ducruix, Vice-Président du Conseil d’Administration
Cette quatrième et dernière campagne de recrutement des enseignants-chercheurs a été menée sans heurt grâce à l’action conjointe de la DRH et de la DISI.

Cette quatrième et dernière campagne de recrutement des enseignants-chercheurs, hors révision des effectifs hospitalo-universitaires en médecine, pharmacie et odontologie, découlant de la loi LRU de 2007, a été menée sans heurt grâce à l’action conjointe de la DRH et de la DISI. L’application informatique de recrutement donne maintenant toute satisfaction et aucun incident n’a été relevé.

La principale différence par rapport à la campagne 2010 vient de la publication le 15 décembre 2010 de la décision du Conseil d’Etat qui a statué sur les procédures de recrutement dans les Universités et de la circulaire de Patrick Hetzel (DGESIP) du 24 décembre 2010.

La conséquence principale est que le Conseil d’administration (CA), siégeant en formation restreinte, n’est plus un jury d’admission mais « un organe délibérant d’établissement » suivant la délicieuse nomenclature en vogue.

A ce titre, le CA ne peut pas remettre en cause l’appréciation de mérites scientifiques telle que votée par le comité de sélection. En d’autres termes, le CA, tout comme le comité de sélection, peut déclarer le concours infructueux mais en aucun cas inverser les classements, sauf à justifier par la stratégie de l’établissement. Par ailleurs, le CA ne peut pas puiser hors de la liste des classés par le comité de sélection.

Est-ce à dire que l’Université Paris Descartes a changé sa politique de recrutement ? Non, bien sûr ! Simplement le CA doit porter une attention toute particulière à la rédaction des attendus des décisions du CA.

41 postes ont été mis au concours en 2011. La tendance générale a été une augmentation de l’endogamie et le Président s’en est expliqué par courrier, une fois le CA restreint terminé. Mais peut être faut il d’abord rappeler la définition de l’endogamie et plutôt les définitions :

1. Définition du Ministère ;est considéré comme endogame un candidat qui a fait sa thèse dans l’établissement de recrutement, 2. Définition de l’Université Paris Descartes :candidat « local », c’est-à-dire déjà en place dans l’établissement de recrutement.

Rappelons que l’Université a proposé une cible de 20 % pour le quadriennal 2010-2013 pour le recrutement de maîtres de conférence et de 35% pour les professeurs.

Pour la campagne 2011, les chiffres sont les suivants :

• Concours MCF, 29 postes : 24 % version ministère (classés 1er) 13 % Version Paris Descartes

• Concours PR, 10 postes 20 % version ministère 40 % version Paris Descartes

À noter que trois concours (deux postes de PR et un de MCF) ont été déclarés infructueux, après examen des dossiers, par les comités de sélection. A ce sujet, il est important de se rappeler la position invariante de l’équipe présidentielle qui est que de préférer geler un poste plutôt que de recruter un candidat qui ne remplit pas les critères et ce pour répondre à la vieille angoisse de « l’université va-t-elle me piquer un poste ».

En conclusion, l’Université Paris Descartes a toujours considéré qu’il est stratégique d’accueillir et recruter des enseignants-chercheurs du plus haut niveau et de lutter autant que faire se peut contre les habitudes de recrutement local. L’Université a rempli ses objectifs pour le contrat quadriennal 2010-2013 de limiter l’endogamie pour les recrutements d’enseignants chercheurs. Cependant, il ne nous échappe pas que la situation reste difficile pour les candidats tant que l’ensemble des universités n’aura pas adopté le même comportement vertueux.


12, rue de l'école de médecine Paris 6ème | contact | n°ISSN |