L’Institut Hospitalo-Universitaire (IHU) Imagine

par Arnaud Ducruix, Vice-Président du Conseil d’Administration

Dans le cadre du programme d’investissements d’avenir, un appel à candidature a été lancé en juillet 2010 pour les Instituts Hospitalo-Universitaires (IHU). Le programme IHU doit permettre de « développer la recherche biomédicale dans ses composantes recherche cognitive, translationnelle et clinique, grâce à la mise en place d’un nombre restreint d’IHU ».

19 dossiers ont été déposés à la date de clôture en novembre 2010. L’action « IHU » doit permettre la création de pôles d’excellence en matière de recherche, de soin, de formation et de transfert de technologies dans le domaine de la santé grâce à une dotation de 850 millions d’euros. La part consomptible de ces financements doit être limitée à 20 %. Le jury était présidé par Richard Frackowiak, directeur du service de neurologie à l’université de Lausanne (Suisse) et comprenait 32 membres, dont 29 « experts internationaux ».

L’IHU, dirigé par Alain Fischer est porté par la fondation Imagine associant l’AP-HP, l’Inserm, l’université Paris-Descartes, l’Association française contre les myopathies (AFM), la fondation Hôpitaux de Paris-hôpitaux de France et la mairie de Paris. Il a été brillamment labellisé (1er ex-æquo) en mars 2011 ainsi que cinq autres candidats. Il bénéficiera d’un financement de 64,26 millions d’euros sur dix ans.

Bénéficiant du soutien apporté par le programme d’investissements d’avenir, il rassemble au total « plus de 800 chercheurs, médecins, ingénieurs, techniciens et professionnels de santé ». L’institut se fixe pour objectif de « nourrir une recherche d’excellence pour comprendre les mécanismes impliqués dans les maladies génétiques de l’enfant à l’adulte ». Il compte « mettre en place une réelle synergie entre activités de recherche et de soins innovantes » et « accélérer la recherche grâce à une nouvelle organisation articulée autour du patient pour apporter plus vite aux malades et à leurs familles de nouvelles solutions diagnostiques et thérapeutiques ». Six projets classés B recevront une aide « ponctuelle » d’un montant total de 35 millions d’euros.

L’IHU Imagine va s’attaquer en premier lieu aux problèmes liés aux maladies rares. Celles-ci affectent 3-4% de la population et les conséquences de ces maladies sont souvent dramatiques. Pour les patients et les familles des patients, cela représente une charge très lourde. L’établissement de diagnostics précoces et le développement de thérapies innovatrices seront un axe majeur du nouvel institut. Sept programmes déjà existants vont être développés : Immunologie/infectiologie, hématologie, néphrologie, biologie du développement et malformations, encéphalopathies métaboliques, dermatologie et gastroentérologie. Trois nouveaux programmes seront lancés : endocrinologie, cardiologie et psychiatrie. Les plateformes déjà existantes seront boostées et d’autres créées.

Par ailleurs, l’IHU Imagine va promouvoir la recherche translationnelle avec des aspects importants sur l’économie de la santé. Il veillera, comme partout dans l’Université, à la protection de la propriété intellectuelle (voir article SATT) et à la valorisation de ses découvertes.

L’université Paris Descartes est fière de ce succès collectif qui a représenté un investissement humain de grande envergure.


12, rue de l'école de médecine Paris 6ème | contact | n°ISSN |