Interview de Nathalie Cartier sur les thérapies géniques

Après de brillantes études de médecine, Nathalie Cartier effectue son stage postdoctoral dans le laboratoire dirigé par Axel Kahn à l’Institut Cochin « développement des premiers modèles transgéniques ».

Dès 1992, elle intègre l’équipe de Pierre Bougnères au laboratoire INSERM U342 pour y développer des techniques de transfert de gènes à visée thérapeutique. Elle entame sa collaboration avec Patrick Aubourg en 1993 avec lequel elle développe une stratégie de thérapie génique de l’adrénoleucodystrophie ayant mené au premier essai clinique utilisant un vecteur dérivé du VIH pour corriger les cellules souches hématopoïétiques.

Elle contribue en parallèle au développement des programmes de thérapie génique appliqués à d’autres maladies neurodégénératives génétiques (leucodystrophie métachromatique ; maladie de Huntington ; Ataxie de Friedreich) et à la maladie d’Alzheimer.

Directeur de Recherche à l’INSERM depuis 2005, elle dirige le groupe Biothérapie dans le laboratoire de Patrick Aubourg, INSERM U745.
Elle est également directrice du module biothérapie dans le Master de Génétique Université Paris Descartes / Université Paris Diderot, enseignante de Sémiologie Médicale et de Génétique à la Faculté des Sciences Pharmaceutiques de Paris et chargée de mission auprès d’Axel Kahn, Président de l’Université Paris Descartes, pour les biothérapies.

A l’occasion de la publication d’un article dans la Revue Science sur un essai de thérapie génique, elle a accordé une interview (vidéo de 7mn20) au Service Communication.


12, rue de l'école de médecine Paris 6ème | contact | n°ISSN |