Pierre Daumard nous a quittés

Pierre Daumard

Une carrière consacrée à l’enseignement
Né en 1938, Pierre Daumard entame, tout en travaillant comme surveillant d’externat, des études de droit et obtient en 1961 une licence en économie politique. Il poursuit par un diplôme de l’Institut d’Administration des Entreprises de Paris et deux Diplômes d’études spécialisées en sciences économiques et en histoire économique. Il soutient brillamment (mention Très Bien) sa thèse de doctorat d’Etat en décembre 1968 sur le « Coût et financement de l’Education ».
Il est nommé maître-assistant en économie en 1970, puis maître de conférences en 1985 et devient professeur des universités en 1991. Il a effectué toute sa carrière à l’IUT de l’Université Paris Descartes à l’exception d’une année de disponibilité passée en entreprise (chez Schneider) pour se confronter au terrain. Il a mis en place et dirigé la Maîtrise de sciences et techniques comptables et financières, participé à l’enseignement du DESS gestion et marketing pharmaceutiques et contribué à la création du DESS pluridisciplinaire Ingénierie des ressources humaines.

Un goût marqué pour le management
Directeur de l’IUT pendant deux mandats (1982-1991), il a permis à la Formation Continue d’y trouver toute sa place. Il a par la suite été directeur de la Formation Continue (1995-1999) avant d’être élu président de l’Université de 1999 à 2004.
Enfin, il exercera des fonctions de conseiller auprès de Jean-François Dhainaut qui lui succède à la présidence. Il jettera alors les bases d’une première fondation.
Ses publications sont centrées d’abord sur les coûts en matière d’éducation (coût de l’enseignement ; coût en IUT tertiaire) puis dans le domaine de la santé. Il analyse également le management des IUT et la gestion des universités (1997). Ses écrits sont donc en relation avec les différentes fonctions administratives qu’il a exercées.

Une présidence bénéfique pour l’Université
Pendant son mandat, Pierre Daumard, par son volontarisme et sa capacité à susciter l’adhésion de la communauté, a su faire évoluer l’Université et réaliser de grands projets.
Il va réussir la fusion des trois facultés de médecine Cochin, Necker et Broussais en 2003, le passage au système LMD en 2004, la mise en place d’un visiting committee actif pour définir des orientations stratégiques en recherche, la création d’un incubateur Paris Biotech pour favoriser l’innovation.
Il crée une Direction des systèmes informatiques rassemblant, en une entité unique, informatique de gestion et réseaux. A son initiative est développé le premier espace collaboratif de travail.

Un précurseur en matière de gouvernance universitaire
Pierre Daumard a été un président gestionnaire soucieux de la modernisation des méthodes et des outils de gestion. Sont élaborés, à sa demande, les premiers indicateurs et tableaux de bord et mis en place des instruments de pilotage utiles à la prise de décision.
Pour lui, la responsabilité d’un président d’université est de « développer la conscience collective d’appartenir à une même communauté et convaincre les membres d’aller dans le même sens ». Ainsi, il fait appel à une chargée de communication et professionnalise le Service communication pour développer l’image de marque de l’Université et cultiver le sentiment d’appartenance.
Il associe les étudiants à la vie de l’Université en donnant une grande importance au vice-président étudiant. Yannick Morvan, alors vice-président étudiant, rappelle « l’importance que P. Daumard accordait au fait de pouvoir entendre une voix étudiante dans les instances de direction afin de l’aider à « piloter le navire » », ajoutant que « le fait de travailler et de le voir travailler avec son équipe a été une formidable opportunité d’apprentissage » pour lui.
Pierre Daumard a toujours su intégrer le maximum d’acteurs aux projets et stratégies de l’Université. Il instaure un comité de direction avec séminaire de rentrée et réunion hebdomadaire, associant travail et convivialité.

Un homme de cœur et d’action
Convaincu qu’il était possible d’agir, dès lors que les objectifs étaient clairement affirmés, dans une institution où le pouvoir ne s’exerce pas de façon hiérarchique, Pierre Daumard a été un précurseur dans la manière d’exercer le métier de président. « Il a eu une vision claire de ce que pouvait et devait devenir l’Université Paris Descartes » résume Annick Cartron, vice-présidente du CEVU pendant le mandat de Pierre Daumard.
De fait, il a mis l’Université sur de nouveaux rails anticipant les réformes sur l’autonomie.
Son action, poursuivie par son successeur Jean-François Dhainaut, a permis à l’Université Paris Descartes de faire partie des premiers établissements à passer aux responsabilités et compétences élargies.

Tous ses proches collaborateurs et tous les personnels de l’Université garderont l’image d’un homme modeste, attentif aux personnes, au franc parlé et à la belle plume, pastichant les grands auteurs avec une prédilection pour La Fontaine !


12, rue de l'école de médecine Paris 6ème | contact | n°ISSN |